Le fétichisme est-il un trouble : la science et la psychologie vous l’expliquent

Le mot fétichisme, vous l’avez déjà peut-être entendu à plusieurs reprises, mais vous ne savez pas vraiment en quoi consiste-t-il ? Vous tombez bien, car nous allons évoquer ce terme tout au long de cet article.

Le fétichisme sexuel se décline sous diverses formes. Mais parmi les plus connus, figure l’attirance pour les pieds. Ce sont les hommes qui sont fascinés sexuellement par les pieds de leur partenaire.

Freud, le père de la psychanalyse, s’intéresse beaucoup à cette fascination sexuelle. D’après lui, la peur profonde que ressent un homme à cause de son absence de phallus génère chez lui une angoisse de castration. Ainsi, le fétichiste profite de la femme indirectement avec un objet de substitution.

Envie d’en savoir plus sur le fétichisme ? Découvrez tout de suite sa définition, ses causes et les fétichismes le plus courants en ce moment.

Qu’est-ce que le fétichisme ?

Le terme fétichisme a vu le jour en 1887. Il a été introduit par le psychologue Alfred Binet et se définit comme l’érotisation d’une partie corporelle de son partenaire ou d’un objet qui ne sont pas sexuels en principe.

Le fétichisme est considéré comme des pratiques sexuelles déviantes que bon nombre de personnes adoptent. Ces derniers ont de l’attirance sexuelle pour :

  • les sous-vêtements
  • le latex
  • les pieds
  • les mains
  • les talons

Les fétichistes attachent un caractère érotique à un objet ou une partie du corps qui n’est pas sexuelle en principe. Outre l’attraction sensuelle que les fétichistes éprouvent, ils peuvent avoir différentes sensations pour un objet ou un élément spécifique. Il peut s’agir de :

  • une fixation
  • une adoration
  • une obsession

Dans le domaine de la sexualité, le terme fétichisme est utilisé pour parler des objets ou accessoires auxquels la personne associe une forte excitation. Ainsi, il existe des personnes qui cherchent et désirent toucher, lécher ou utiliser sexuellement ces objets dans leurs fantasmes.

Comment appelle-t-on cela en psychiatrie ?

Pendant de nombreux siècles, le fétichisme sexuel a en effet été considéré comme des troubles. En commençant par Freud et puis Friedrich Dorsch, qui montre des opinions plus diverses de la part de différents experts, le fétichisme a connu une forte évolution au fil de temps.

Actuellement, selon les définitions du DSM-5, cette pratique est considérée comme une paraphilie. Pourtant, un groupe important la considère comme :

  • des goûts
  • des intérêts sexuels plus alternatifs

En fait, selon les statistiques du Journal of Impotence Research, jusqu’à 47 % des hommes ont des goûts fétichistes pour une partie du corps féminin. Cette pratique peut devenir une maladie mentale s’ils ne parviennent pas à la contrôler.

Mais d’où vient cette tendance, à quoi répond-elle, est-ce quelque chose que l’on naît avec ou est-ce un goût qui se forme peu à peu avec le temps ? Analysons-la. 

Les causes psychologiques possibles d’un fétiche

Il existe de nombreux facteurs qui peuvent provoquer cette orientation sexuelle. Sur ce, on peut dire que les causes de ces sentiments varient d’une personne à l’autre.

La sexualité commence toujours à se développer dans l’enfance. À ce moment-là, les enfants commencent à :

  • expérimenter
  • découvrir leurs goûts
  • se masturber pour la première fois

C’est dans ce jeu ou cette expérimentation que l’on commence à découvrir l’attraction ou la fixation pour un objet.

Chaque fétiche est censé répondre à un acte qui s’est déroulé pendant l’enfance. Ainsi, vos premières expériences sexuelles sont construites avec ce que vous avez vu, senti ou entendu en étant plus jeune. Elles influenceront vos goûts ultérieurs. Ainsi, les fétichistes adoptent un comportement atypique pour rechercher, de façon préférentielle et répétitive, le plaisir sexuel.

Au début, il peut s’agir de quelque chose de léger ou d’encore naissant, mais au fil des temps, il peut devenir des rituels. En grandissant, les fétichistes le développent ou le rendent plus concret. Pour déterminer si cet objet peut être un excellent complément au sexe ou un obstacle à une vie sexuelle normale, il suffit de prendre en compte le degré d’intérêt ou de plaisir éprouvé au moment du sexe.

Ces tendances et les préférences sexuelles les accompagnent pendant leur adolescence et même en étant adultes, ils les pratiquent toujours. 

Quelques-uns des fétiches les plus curieux

De nos jours, les fétiches prennent différentes formes. Il y en a qui sont déjà connus et d’autres qui ne le sont pas.

Vous êtes curieux de les connaître ? Découvrez tout de suite les fétiches les plus étranges qui existent.

Somnophilie

C’est un type d’excitation ressentie en couchant avec des inconnus pendant leur sommeil. Cela peut paraître étrange, mais cela dépend des degrés. Chaque fétichiste a son propre objectif en adoptant cette pratique :

  • Il ne fait que fantasmer à ce sujet.
  • Il essaie de reproduire ce fantasme.

Dans les deux cas, il s’agit d’un jeu sur la faiblesse et le contrôle. 

Clismaphilie

Ce fétiche s’adresse à ceux qui prennent plaisir à introduire des liquides dans leur anus. Son objectif est de :

  • Se faire plaisir en l’absence d’un partenaire sexuel.
  • Ressentir une forte sensation lors de l’introduction des lavements.

L’utilisation de l’injection dans les tâches sexuelles est une perversion sexuelle qui n’est pas nouvelle. Elle a toujours été pratiquée pour augmenter l’excitation. 

Acrotomophilie

Ce terme désigne les personnes qui se sentent excitées par des personnes ayant des membres amputés : une jambe, un bras. En fait, il existe des cas extrêmes de fétichistes qui amputent leurs propres membres.  

Partialisme

Enfin, c’est le nom donné à certains des fétiches les plus courants, comme le fétichisme des pieds. C’est ce qui est vécu devant certaines parties du corps autres que les organes génitaux :

  • Le nez
  • Les cheveux
  • Les aisselles
  • Les mains
  • Les fesses

Ainsi, le fétichiste cherchera à embrasser, toucher, lécher ou jouer avec ces parties. C’est un bon moyen d’ajouter de la couleur et de l’excitation à la vie sexuelle d’un couple.

Fétichisme, s’agit-il d’une maladie mentale ou non ?

En bref, la psychologie du fétichisme est très particulière. C’est pourquoi il semble difficile de savoir ce qui est fétiche et ce qui ne l’est pas, car tout élément ou partie du corps peut le devenir.

Ainsi, le fétichisme est loin d’être une maladie mentale, simplement parce qu’il ouvre un large éventail de jeux et d’expériences sexuels.

En tant que paraphilie ou pratique sexuelle commune à toutes sortes de personnes, les fétiches sont une source d’amusement et de plaisir intense.

Bien qu’ils n’aient pas de cause claire, on pense qu’ils trouvent leur origine dans l’enfance, en même temps que les premières expériences sexuelles. Et ils peuvent avoir un nombre infini d’options et de variations.